Partagez|

* Pendant que le loup n'y est pas ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar



◭ Arrivée à Panem : 17/10/2012
◭ SOS : 43

MessageSujet: * Pendant que le loup n'y est pas ... Dim 21 Oct - 14:02





* RAMADINE *




    Le soleil ne s’était pas encore levé, j’étais pourtant dehors depuis bien plus d’une heure, le gibier sort de plus en tôt et en cette période de l’année vaut mieux ne pas le rater. J’étais armé jusqu’aux dents, me glissant dans la nuit comme une ombre. Je n’étais pourtant pas d’une grande discrétion, la neige crissait sous chacun de mes pas. Je devais avoir l’air néanmoins très sympathique, ma mine boueuse, l’arc dans la main droite, le couteau que le boucher m’avait offert contre un cerf et mes cernes jusqu’aux pieds. Je coupais le bois toute la journée, mes muscles endoloris me criaient d’arrêter et lorsque je terminais cette lourde tâche je devais chasser avec ma sœur, hors de question de me reposer.
    Le vent s’était levé, emportant mon odeur un peu partout sur son passage, chassant ma nourriture. Je marchais, encore et encore, mes jambes me guidaient hors des districts, de toute manière tout le monde me prenait pour un sauvage alors personne ne faisait réellement attention à moi. Je reconnu de loin le paysage du district deux et soupirai bruyamment, je m’étais peut-être un peu trop éloigné cette fois. Je portai ma main sur ma poche, je pour vérifier qu’elle était encore là, qu’elle n’était pas tombé. Ma ventoline, toute une histoire. Je ne regrette pas de voler cet objet tout les mois au Capitol, elle m’appartient de droit, on l’a créée pour moi, pour nous, pour tout ceux qui ont des poumons pourris. Crac. Enfin, il y avait de la nourriture, je reconnaîtrais ce bruit de pas dans la neige entre mille, m’indiquant que mon estomac serait rempli ce soir. Je bandai mon arc à la vitesse de l’éclair, effleurant la corde avec ma bouche, mes bras tremblaient d’excitation. Je visai ma proie mais au moment de vouloir décocher je me rendis compte qu’elle avait un aspect humain…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



◭ Arrivée à Panem : 17/08/2012
◭ SOS : 153
◭ Localisation : Perdue dans ses pensées

MessageSujet: Re: * Pendant que le loup n'y est pas ... Dim 21 Oct - 14:50




*GARRET*


Il avait beau faire froid dehors, je n'avais aucune envie de rester enfermé à l'intérieur. Je pris mon manteau et l'enfiler rapidement. Je mis ensuite mes bottines et je sortis à l'extérieur. Tout était blanc, car une fine couche de neige venait de tomber. Sûrement durant la nuit. Je me rendis à l'endroit où j'avais l'habitude de prendre le thé, depuis qu'il était reconstruit. Il se trouvait dans le district deux, pas dans les autres car ça n'avançait vraiment pas assez vite. Je pris place et commandai mon thé préféré, celui aux baies. Quand on me l'apporta, je pris quelques minutes à le terminer et je partis en payant et remerciant la personne qui m'avait servie. 

Je marchais, ne sachant pas trop où allez et comment m'y rendre. Je décidai d'aller faire un marche près du district. Mais avant je me rendis chez moi, pour prendre un sac, contenant quelques trucs à grignoter et mon couteau préféré, car on ne sait jamais ce qu'il y a autour du district deux... Quand je fus enfin prête je sortis de la maison et commençai à marcher assez rapidement. 

Je vus le grillage qui autre fois était constamment électrique, mais qui aujourd'hui était tout brisé. Une ouverture était faite et j'y passai pour me rendre de l'autre côté. Je continuai de marcher. À l'habitude j'étais plutôt subtile, mais vu que je n'entendais aucun bruit, j'en faisais moi même. Au bout d'un certain moment, je vu assez loin une silhouette humaine qui tenait un arc dans les mains. Ah non pas ça ! Pourquoi est-ce que je suis aussi inintelligente au point de faire autant de bruit qu'un éléphant en marchant ? « Ne tirez pas ! » Je continuais de m'approchai mais cette fois je tenais mon couteau entre mes mains, juste pour être sure qu'il ne m'arrive rien. Quand je fus assez proche, je pus distinguer qui était devant moi. Je rangeai mon couteau et dis : « Garret.... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



◭ Arrivée à Panem : 17/10/2012
◭ SOS : 43

MessageSujet: Re: * Pendant que le loup n'y est pas ... Dim 21 Oct - 15:41







      « Ne tirez pas ! »


    L’encoche de ma flèche était posée sur ma joue, je n’avais plus qu’à tirer. Je fronçais les sourcils, sa chevelure brune dégringolait en cascade sur ses épaules recouvertes d’un épais manteau. Armée d’un couteau elle s’avança lentement vers moi puis murmura mon prénom. Je rangeais ma flèche dans mon carquois et arbora un sourire radieux. Ramandine ! Elle rangea également son couteau puis je m’approchais d’elle pour la voir de plus près. J’encrais mon regard dans ses yeux azurs, baissant légèrement le menton. Je ne l’avais pas vu depuis peut-être deux semaines ma Ramandine. D’un rapide coup d’œil je vérifiais son état physique, sa peau était toujours aussi claire que la neige, quelque peu rose au niveau des pommettes, sa bouche était gercée par le froid, se qui la rendait rouge sang. Je me léchai les lèvres machinalement et demanda

      « Comment vas-tu ? »


    Je ne voyais pas très bien tout les détails de son ravissant visage à cause de la pénombre environnante mais j’imaginais parfaitement. Je sentais son haleine jusqu’ici, avait-elle mangé des baies ou des framboises ? Je n’en étais pas certain, ça sentait juste bon, on en mangerait… Je ravalais ma salive, non, on ne mange les jeunes femmes voyons. Je fourrai mes mains glacées dans mes poches et fis glisser mon médicament entre mes doigts, la lame du couteau avec l’autre. Je conservai mon sourire, j’étais heureux de voir mon ami, elle fait parti des rares personnes qui m’apprécie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



◭ Arrivée à Panem : 17/08/2012
◭ SOS : 153
◭ Localisation : Perdue dans ses pensées

MessageSujet: Re: * Pendant que le loup n'y est pas ... Dim 21 Oct - 16:06




 Quand il m'eut reconnu il baissa son arc et me sourit. Je lui rendis son sourire, naturellement et continuai de m'approchai. Je restais toute fois sur mes gardes, car je ne me ferrais pas prendre deux fois, à ça non. J'étais honteuse d'avoir fait autant de bruit et d'avoir presque reçu un flèche dans le corps. Il me regardait, je le regardais aussi. Je ne savais pas quoi dire ni faire. Je n'allais quand même pas dire qu'il avait pratiquement failli de tuer s'il ne s'était pas arrêté. Il devait le savoir, non ? Il brisa le silence en me demande si ça allait bien. « Plutôt, bien. À part le fait qu'on m'a pratiquement tiré dessus. Et toi comment tu vas ? » 

Je m'étais mise à rire un peu nerveusement. Je le taquinais bien sur, et puis de toute façon qu'ais-je a perde ? Mes parents sont tous les deux morts et mon frère aussi. Il ne me reste que ma cousine. Et malchanceuse que je suis, si elle suivit jusqu'à ses vingt-six ans, je pourrai être en paix ! Il me fixait toujours de ses grands yeux et ça commença à me faire peur un peu. Je frissonnai à cette pensée et me contents de demander : « Que fais-tu près du district deux ? » J'avais posé cette question car il n'habitait pas près d'ici. Et non, il vivait dans le district onze, je l'avais rencontré il y a de cela quelques temps lors d'une de mes visites dans ce coin.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



◭ Arrivée à Panem : 17/10/2012
◭ SOS : 43

MessageSujet: Re: * Pendant que le loup n'y est pas ... Dim 21 Oct - 16:44







    « Plutôt, bien. À part le fait qu'on m'a pratiquement tiré dessus. Et toi comment tu vas ? »
    « J’ai connu mieux… »

    Je n’aimais pas l’hiver, sa fraicheur, il tuait ma nourriture, apportait la maladie, nous rendait vulnérable. Chaque hivers on se posait la même question, est-ce qu’on allait tenir et revoir le printemps ? L’année dernière j’ai bien failli y passer, j’ai fini à l’hôpital du district d’à côté pendant près d’un mois, cette fois-ci je ferais attention, je le promets. Mais je crois qu’en ce moment je promets beaucoup de choses… Je baissai mon regard, je devais perdre cette habitude de fixer les gens, c’est mauvais pour moi. Je regardais mes pieds, je m’en voulais d’avoir effrayé Ramadine. Je remarquai un léger frissonnement de sa part, cela n’était pas à cause du froid je pense, je regardais derrière moi instinctivement, il n’y avait pourtant rien, je tournai lentement mon visage vers elle et elle demanda brusquement.

    « Que fais-tu près du district deux ? »

    Je ne répondis pas tout de suite, j’humais ce que le vent m’apportait. Mais tout ce que je sentais ce n’était que l’odeur corporelle de la jeune fille en face de moi, pas l’ombre d’un lapin ni d’un petit mulot, rien, juste cette chevelure brune. J’humidifiais mes lèvres gercées et répondis d’une voix rauque

    « La chasse est mauvaise… J’ai parfois l’impression qu’il n’y a plus de nourriture dans tout le pays »

    Elle devait mener la belle vie elle dans son district à côté du Capitole. Y’a des moments je devrais peut-être tout plaquer et m’installer par ici, finir mes études, avoir un vrai métier, ne plus avoir cette peur des fins de mois, ne plus avoir à pleurer tant la faim fait mal. « Fin bref… » murmurais-je avant de tousser quelque peu.

    [ Sorry j'avais oublié xD ]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



◭ Arrivée à Panem : 17/08/2012
◭ SOS : 153
◭ Localisation : Perdue dans ses pensées

MessageSujet: Re: * Pendant que le loup n'y est pas ... Dim 21 Oct - 17:14




« La chasse est mauvaise… J’ai parfois l’impression qu’il n’y a plus de nourriture dans tout le pays »

C'était donc ça... Pourtant je n'arrivais pas a le comprendre. J'avais toujours vécu dans le grand luxe, mes parents avaient toujours eu beaucoup d'argents et j'avais toujours eu ce que je voulais. Par fois je me sentais égoïste d'avoir profiter de tout ça quand j'étais jeune. Mais maintenant, je ne pense plus qu'à moi. Non, j'aide beaucoup de gens de ma zone, car ils en ont besoin. De nombreuses personnes, comme c'est le cas de ma cousine ne voulait pas que les jeux arrêtent alors ils gardent leur argent pour eux et renient les pauvres, car il croit que c'est de leur faute si les jeux de la faim son terminé. Peut-être ont-ils raison, peut-être... « Moi qui croyais que ça allait mieux dans la quatrième zone... Je me suis trompée, alors... Mais je croyais qu'il n'y avait pas de neige dans le district onze... Et puis vous n'avez plus à fournir à manger au Capitole, maintenant ? » Je parlais beaucoup, car je ne comprenais plus la dernière fois que je m'étais rendue à la zone quatre, tout semblait aller très bien. Même que je croyais que leur vie était revenue normale. Pas qu'elle ne l'était pas avant, mais quand même... Je ne sais pas quoi penser en fait et ça me fait pitié. Je regardai mon sac quelques instants... Est-ce que c'est moi qui en a vraiment besoin ? Je n'en suis plus sûre...

« Tu sais, si tu as besoin de quoi que ce soit tu peux me le demander... » Comme si j'avais pitié de lui... Je me sentais mal, et je regrettais d'avoir dit ça, mais parfois c'est plus fort que moi et ça m'échappe. Je dois vraiment tournée ma langue sept fois avant de parle et de réfléchir à de dire quoi que ce soit sinon, ça pourrait être blessant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



◭ Arrivée à Panem : 17/10/2012
◭ SOS : 43

MessageSujet: Re: * Pendant que le loup n'y est pas ... Dim 21 Oct - 17:33







    « Moi qui croyais que ça allait mieux dans la quatrième zone... Je me suis trompée, alors... Mais je croyais qu'il n'y avait pas de neige dans le district onze... Et puis vous n'avez plus à fournir à manger au Capitole, maintenant ? »

    J’eu un léger sourire, ça n’ira surement jamais mieux dans la quatrième zone, l’hiver sera et restera toujours rude vu que nous mangeons essentiellement des pommes et des récoltes d’été. Pour les carnivores comme moi ça ne va jamais. Je devrais peut-être monter ma secte, pour tout ceux qui aime la viande la vraie, ceux qui en ont mare de manger ces fichus céréales trop durs. Je passai ma main dans mes cheveux, il n’y qu’une fine couche de neige chez nous et c’est déjà bien trop. J’imagine qu’elle ne devait pas connaître la misère, même si notre district était sauvé les gens mourraient de froid au fond de leur logis, la maladie envahissait le district. Je toussai de nouveau, regardant la buée qui s’échappait entre mes doigts.

    « Tu sais, si tu as besoin de quoi que ce soit tu peux me le demander... »

    Je ravalais ma salive, je devais lui faire pitié avec mon pull et mon pantalon à moitié, mes doigts violets et ma boue sur le visage. « Non non merci c’est bon, j’en demande toujours trop tu sais… » balbutiais-je. Peut-être que je devrais accepter, cela me permettrais de la voir plus souvent, très souvent même. Je me raclai la gorge et frissonnais légèrement. Il y avait quelque chose en cette fille que j’appréciai peut-être un peu trop, je ne sais pas quoi, mais cela me rendais perplexe. Je la fixai sans ciller et léchai machinalement ma lèvre inférieure.

    [ Juste je peux pas voir tes images, c'est marqué "Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image", y'a surement un problème dans le panneau d'administration :/ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



◭ Arrivée à Panem : 17/08/2012
◭ SOS : 153
◭ Localisation : Perdue dans ses pensées

MessageSujet: Re: * Pendant que le loup n'y est pas ... Dim 21 Oct - 18:19




« Non non merci c’est bon, j’en demande toujours trop tu sais… » Je savais que j'aurais mieux fait de me taire. Il croyait que je le prenais par pitié. Ce n'était pas ça du tout, mais je ne savais pas pourquoi si ce n'était pas cela... Je baissai les yeux, ce que je faisais quand je ne sentais mal alaise, ce qui arrivait souvent dans mon cas... À cause de ma langue qui  qui pend... Et puis je le comprends aussi. Car il croit que je le prends en pitié et que je me sens forcer de vouloir l'aider. En fait, c'est ce que je pense qu'il pense... « Tu n'as rien demandé, Garret. Je te l'ai simplement proposé. Et puis si tu ne veux pas, ça ne me dérange pas... Sauf que... » Je coupai ma phrase. Pourquoi tout sonnait dramatique quand je parlais ? J'allais bien sur lui parlé de la mort, mais je déteste ce mot qui a chaque fois qu'on l'entend nous donne des frissons dans le dos. Parfois, j'aimerais que la mort n'existe pas, qu'on soit tous immortel. Ce serait bien plus facile, mais plus difficile en même temps, aussi... Ce que je sais c'est que je dois vraiment arrêter de penser comme ça, avant de faire une sérieuse dépression. « Ce que je veux dire, c'est qu'il serait dommage que tu perdes la vie, n'est-ce pas ? » Ça sonnait déjà mieux, même si c'était tout aussi triste. Mais je me sentais encore mal de lui avoir dit ça, ce n'était pas gentil de ma part et c'était très déplacé. J'avais en partie besoin qu'il me pardonne d'être une garce comme je l'avais toujours été, je crois qu'on ne peut pas changer, même avec le temps...malheureusement...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



◭ Arrivée à Panem : 17/10/2012
◭ SOS : 43

MessageSujet: Re: * Pendant que le loup n'y est pas ... Dim 21 Oct - 18:36







    Elle baissait son regard, semblait confuse et gênée, je me rapprochai quelque peu d’elle, essayai de soutenir son regard. Je me mordis la lèvre lorsque mon poumon droit fit fausse route, me coupant la respiration un instant. J’imagine qu’elle compatit à ma..misère si je puis dire. « Tu n'as rien demandé, Garret. Je te l'ai simplement proposé. Et puis si tu ne veux pas, ça ne me dérange pas... Sauf que... » soufflat-elle en regardant ses pieds. J’attendais la suite, il n’y en aurait peut-être pas, j’ouvris ma bouche et la buée se propagea jusqu’au visage de mon amie qui était maintenant assez proche du mien.

    « Ce que je veux dire, c'est qu'il serait dommage que tu perdes la vie, n'est-ce pas ? »

    Sur le coup je m’étranglais presque, elle tenant tant à moi pour redouter ma mort ? Je lui adressai un sourire, quelque chose en moi me disait qu’elle perdra la vie avant moi. Je chassai cette sombre idée de mon esprit et répondis simplement « Je m’en sortirais ». Enfin, je l’espère. Je resserrai mon étreinte avec mon médicament, le sortant légèrement de ma poche, effleurant l’embout du doigt. Je ressemblais tant à un cadavre que ça pour parler de ma mort ? Je me souviens de celui que j’ai mangé, il était si bon, si chaud, si ressemblant à …non non, ce n’est pas parce que j’ai faim que je dois penser à n’importe quoi. Je regardais le manteau de Ramadine, pour me changer les idées peut-être, imaginant la chaleur qu’il procurait. J’aurais donné n’importe quoi pour glisser mes doigts à l’intérieur et me coller à la peau brûlante de la jeune fille. Mais quand on vient du onze on doit se contenter de la fraicheur amer de neige qui perle sur notre joue rosée par le froid.




Dernière édition par Garret DuBois le Lun 22 Oct - 18:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



◭ Arrivée à Panem : 17/08/2012
◭ SOS : 153
◭ Localisation : Perdue dans ses pensées

MessageSujet: Re: * Pendant que le loup n'y est pas ... Dim 21 Oct - 18:57




 « Je m’en sortirais. »

Ça je voulait bien le croire, mais c'était plus fort que moi, j'avais perdu trop de gens qui m'était cher pour me dire qu'elle n'existait plus. C'était simplement impossible qu'on me fasse croire le contraire. La mort était malheureusement quelque chose que personne ne pouvait éviter. Et si demain je serais... Non ! Je n'ose même pas y penser ! Car oui un jour ce sera mon tour, mais on doit profiter du moment présent non ? « D'accord. Mais je veux que tu saches que s'il y a le moindre soucis, cette offre sera toujours valide. » J'étais sincère, car s'il refusait mon offre c'était son choix, mais je me sentirais quand même coupable s'il lui arrivait quelque chose. Mais ça, j'en suis tout à fait consciente. Car vraiment je suis tannée de pleurer. 

Je regardais toujours par terre, n'osant pas relevé mon regard et croiser le sien. Mais quand je finis par prendre mon courage à deux mains je remarquai qu'il était vraiment près de moi. Il regardait mon manteau... Mais pourquoi ? « Tu as froid ? » Peut-être était-ce cela. Et puis mieux faut demander, non ? Je pris ses mains gelé entre les miennes, espérant que ça allait peut-être l'aider...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



◭ Arrivée à Panem : 17/10/2012
◭ SOS : 43

MessageSujet: Re: * Pendant que le loup n'y est pas ... Lun 22 Oct - 18:00







    « D'accord. Mais je veux que tu saches que s'il y a le moindre souci, cette offre sera toujours valide. »

    Je la remerciai d’un sourire. J’avais trop d’orgueil pour quémander la moindre petite aide, vilain défaut je sais. Je ne prends que des suppléments de nourritures pour ma famille. Un jour je serais adulte, j’aurais une femme que je chérirais de ton amour et des enfants qui me feront perdre la tête, j’aurais une vraie vie, différente de celle que mène. Ramadine semblait réellement tenir à moi, peut-être serait-elle prête à m’héberger, me nourrir, mais je ne me sentirais pas à ma place. Je passai ma main violette sur ma joue et respirais lentement. Elle regardait toujours ses pieds, semblait fuir ma présence. Je n’étais pourtant pas si intimidant, j’étais grand certes mais je n’avais pas l’aspect d’un meurtrier, tout du moins, je ne l’avais plus…

    « Tu as froid ?»

    Elle croisa mon regard et instinctivement elle prit mes mains pour les serrer contre les siennes. Je frémis à ce contact, je sentais la chaleur de ses doigts, des pulsions régulières de son cœur. Je regardais cette union un instant, croisai son regard et glissai mes mains sur ses bras. Je déboutonnai lentement son manteau, frissonnant à l’idée de toute la chaleur qu’il devait contenir, je l’ouvris et posai mes mains dans le creux de la taille de mon amie. Je collais mon corps au sien, enfoui mon nez dans ses cheveux et me surpris à grelotter. Le froid m’avait monté à la tête mais étrangement j’appréciai cette étreinte qui m’aurait semblé impossible quelques jours auparavant…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



◭ Arrivée à Panem : 17/08/2012
◭ SOS : 153
◭ Localisation : Perdue dans ses pensées

MessageSujet: Re: * Pendant que le loup n'y est pas ... Mar 23 Oct - 1:33




 Un vent glacial vint me faire frissonner. Je ne m'étais pas imaginée qu'il fasse si froid. Pourtant, j'aurais dû m'en douté, s'il y avait de la neige, c'était parce qu'il faisait au moins zéro degré. Ce qui est très froid... Mais je ne m'en étais pas rendue compte, vu le gros manteau de que je portais. Mais quand Garret avait détaché ce qui me gardait au chaud, je pus comprendre pourquoi il avait froid. Il avait la peau si froide, que ça m'en gelait les os, je l'entendais greloter, mais je ne savais que faire. Peut-être ne rien faire ? Ce serait si facile... Ou peut-être lui offrir un chocolat chaud... Je ne sais pas... Vraiment pas...

Je fixais le vide tandis que je restais dans la même position sans bouger. De toute façon quoi que je fasse, ce ne sera jamais la bonne chose. Ça, j'avais appris à le comprendre et à apprendre à vivre avec. De plus, je ne sentais bien ainsi. Ce qui pourrait paraître étrange. Je ne dis pas que je ne me sens pas mal alaise, à ça non car c'est le cas. Je me sens mal de ne pas lui avoir demander avant et de l'avoir laisser geler sans rien faire. « Si tu veux, on peut rentrer chez moi, il fait plus chaud là-bas » murmurais-je d'une voix douce. Mais je ne bougeai pas. Restant parfaitement immobile, comme une pierre.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



◭ Arrivée à Panem : 17/10/2012
◭ SOS : 43

MessageSujet: Re: * Pendant que le loup n'y est pas ... Mer 24 Oct - 12:01







    Elle ne bougeât pas. Je m’accrochais à elle comme un lion s’agrippe à son buffle, je glissai mes mains dans le creux de son dos, serrant son corps contre le mien comme pour happer sa chaleur. Son sang bouillonnait en elle c’était certain. Je fermais mes yeux, je pouvais presque sentir en elle la chaleur de la bourgeoisie. Je me sentais stupide, incapable de contrôler mes envies, mes pulsions. Le vent soufflât sur mon visage, mais au moins j’avais les mains et le cœur au chaud. Je me sentais bien…

    « Si tu veux, on peut rentrer chez moi, il fait plus chaud là-bas »

    J’eu un moment d’égarement, ouvris mes yeux. La fille, ses bras, sa chaleur, son sourire, sa maison, le feu, le lit, sa peau, le hangar, la hache. Tout me remontait comme un renvoi amer. J’aurai bien eu un mouvement de recul, fuir, partir, courir. Mais une partie de moi restait accrochée à Ramadine, la mauvaise partie j’en ai bien peur. Je revoyais tout. Je ne bougeai pas, attendis quelque secondes, remontait ma main dans le dos de la jeune fille et murmurais à son oreille « Si tu veux… » Je ne voulais pas qu’elle se sente forcé de m’aider. Mon cœur tambourinait dans ma poitrine, je devais partir. Oh, à quoi bon, je pouvais bien me contrôler après tout. Ce n’était pas une bonne idée que j’y aille mais étrangement j’en avais de plus en plus envie et un sourire s’afficha sur mon visage que je laissai enfoui dans les cheveux de la jeune fille


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: * Pendant que le loup n'y est pas ...

Revenir en haut Aller en bas

* Pendant que le loup n'y est pas ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PANEM - ZONE 2 :: District 2-